Prendre soin de soi, garder le goût des bonnes choses

Quand nos batteries sont à plat, nous avons tendance à nous négliger, à perdre toute envie, toute étincelle. Même pour les choses vitales on ne prend plus le temps. C'est une spirale infernale: on mange vite fait, trop ou pas assez, juste par pulsion ou par obligation. Face à des plats tout prêts ou minimalistes, le moral, déjà dans les chaussettes, chancelle. L'absence de plaisir se fait féroce et on en oublie de prendre soin de soi. L'estomac trop vide ou trop plein d'aliments sans intérêt, on perd même l'énergie susceptible de nous faire remonter la pente.

Alors, surtout en période creuse, cuisinez ! Cela n'aura pas d'effets miracles. Mais mijoter de bons petits plats qui émoustillent les papilles vous permettra de garder le nez hors de l'eau. Et même si, surtout au début, on a du mal à y prendre plaisir, cela aide à conserver le goût des bonnes choses. Mieux encore, concocter des plats goûteux, sains et équilibrés permet à l'organisme de rester fort, prêt à aider le moral à rebondir dès que l'occasion se présente.

Apprendre à s'organiser et à gérer son temps

Que l'on soit pro ou amateur peu importe ! Bien que variant selon la difficulté du plat et du nombre de convives, tout cuisinier doit savoir s'organiser. Pour que cela soit une partie de plaisir, il est nécessaire d'avoir le temps suffisant pour réaliser les recettes de son choix. Expérimenter un plat d'une grande difficulté au pas de course peut être un véritable cauchemar, source de stress et d'échecs.

Tous les ingrédients doivent être à portée de main. La cuisine doit être propre et bien rangée pour que l'on puisse travailler efficacement. Une fois prêt à endosser son tablier, il faudra exécuter la recette méticuleusement et soigneusement, étape par étape. Ainsi, le travail bien fait n'aura plus aucun secret!

Développer l'imagination et la créativité

Généralement, on distingue deux sortes de cuisiniers: ceux qui suivent les recettes à la lettre et ceux qui n'en font qu'à leur tête. Si comme les premiers vous redoutez de prendre des risques: goûtez au fur et à mesure de la réalisation pour vous rassurer. Ayez confiance, et lorsque vous avez passé les étapes que vous redoutiez le plus, lâchez-vous un peu! Et si vous ne vous en sentez pas capable, prenez des cours pour gagner en assurance.

Si vous n'en faites qu'à votre tête tout en respectant les bases de la cuisine, continuez comme ça. Vous apprendrez à contourner les obstacles sans peine, à remplacer un ingrédient manquant par un produit insolite, à joindre l'utile à l'agréable, bref... à faire de la cuisine un jeu!

C'est en donnant une touche personnelle aux plats les plus communs qu'on les rend uniques et inoubliables. Cela vous permettra de développer votre créativité... la dompter, lui faire confiance! Ainsi, vous serez apte à trouver des solutions au quotidien, avec plus d'assurance en vos capacités et en vos ressources.

Travailler sa dextérité et évacuer le stress

Surtout si l'on est maladroit, la cuisine aide à gagner en adresse. Éplucher, couper, fouetter... les exercices ne manquent pas. A force de les répéter, de "prendre la main", comme on dit, ces gestes deviennent naturels et s'exécutent en un tour de... main. Si vous en avez le temps, oubliez donc les appareils et robots variés, mettez la main à la pâte!

En plus d'améliorer votre technique, cela pourra se révéler très bénéfique contre le stress. Fouetter des œufs ou travailler une pâte à pizza sans relâche cuisiner-bon-pour-le-moral.jpgvous permettra d'évacuer un trop plein d'énergie, de vous détendre et de vous relaxer. Concentré sur vos préparations, vous pourrez avoir l'agréable surprise d'oublier, ne fût-ce qu'un instant, vos soucis.

Le plaisir après l'effort, une récompense hors de prix

Même pour les plus passionnés, cuisiner peut s'avérer lassant. Nonobstant les atouts de cette activité souvent nécessaire, qui n'a jamais eu envie de jeter l'éponge et d'aller manger au restaurant ou de sortir un plat surgelé? Mais même ceux qui n'aiment pas cuisiner se sont laissés tenter pour faire plaisir à ceux qu'ils aiment.

Si vous vous sentez seuls, invitez des amis autour d'un repas, faites-leur plaisir et vous vous sentirez mieux! La cuisine c'est le reflet de sa générosité, de l'amour que l'on porte à ceux pour qui l'on met les petits plats dans les grands. C'est prendre soin de soi mais aussi des autres, leur prouver qu'on tient à eux et qu'on est à l'écoute de leurs désirs.

Après l'effort, le réconfort, le plus grand plaisir d'un cuisinier: le sourire sur les lèvres de celui qui goûte ses plats, ne serait-ce que lui-même! Pour obtenir ce précieux sésame, sans pudeur, il donne et partage un peu de lui. Il reste à l'écoute de ses sens et des désirs de son entourage, ce qui l'aide, même en cas de dépression, à ne pas sombrer et à se sentir vivant grâce à ces indispensables petits plaisirs de la vie.

 

Article de Bianca Fiora

 

Site agréable :

Apprendre la cuisine en vidéo